À la une ...

Le temps des fêtes pour les personnes vivant avec un trouble alimentaire

1 777

Entrevue avec Madame Josée Guérin, présidente et fondatrice de la clinique psychoalimentaire

*Par Kharoll-Ann Souffrant*

Le temps des fêtes est souvent synonyme de réjouissances, de vacances, de retrouvailles et de moments passés avec les gens que l’on aime. Or, pour les personnes vivant avec un trouble alimentaire, cette période est une grande source d’angoisse particulièrement lorsque l’on pense à l’abondance de nourriture qui se retrouve dans les multiples soupers auxquels elles seront invitées. Je me suis impliquée dans les derniers mois à titre de bénévole pour l’ANEB (Anorexie et boulimie Québec) et je me suis dit qu’un article sur cette question serait plus que pertinent pour le lectorat de Femmes en revue. J’ai donc pris mon enregistreuse, mon téléphone et mon cahier de notes et je me suis entretenue avec Madame Josée Guérin, qui est présidente et fondatrice de la clinique psychoalimentaire qui vient en aide précisément aux personnes vivant avec des troubles alimentaires (anorexie, boulimie, hyperphagie, orthorexie, etc.) 

1. Beaucoup de gens s’inquiètent de la prise de poids pendant le temps des Fêtes, autant les personnes vivant avec un trouble alimentaire que les personnes n’en ayant pas un. Est-ce que les gens prennent réellement autant de poids que cela durant cette période?

Pendant la période des Fêtes, on est plus sollicité au plan alimentaire (soupers, accès aux aliments plus facilement de manière physique et visuelle) et donc, nous avons plus de chance de manger un peu plus. En mangeant un peu plus, il y a plus de chance que l’on prenne du poids. Or, cette prise du poids est très négligeable. On parle d’une ou deux livres généralement. Et le plus souvent, le poids va revenir à la normale dans le courant du mois de janvier qui suit. Je tiens également à préciser que ce n’est pas non plus tout le monde qui prend du poids pendant cette période.

2. Est-ce que les hommes qui viennent vous voir en consultation éprouvent ces mêmes inquiétudes?

Oui, bien sûr. Quand la période des Fêtes arrive, ça crée beaucoup d’anxiété chez les personnes vivant avec des troubles alimentaires. D’une part, en raison de l’abondance de nourriture que l’on retrouve dans les repas, mais aussi d’autre part, par crainte d’être confronté au regard de leur famille et proches sur leur corps qui a le plus souvent changé. Ces personnes peuvent avoir peur qu’on leur note leur prise ou perte de poids, qu’on les observe manger, etc. C’est une période anxiogène pour les gens en général, mais particulièrement pour les personnes qui souffrent de troubles alimentaires.

3. Qu’est-ce qui crée cette anxiété face à l’abondance de nourriture durant cette période?

La peur de prendre du poids en premier lieu. Et cette peur généralisée est causée entre autres par la pression sociale que nous subissons tous pour correspondre aux standards de beauté dans notre société. Cette peur s’exprime de façon plus pathologique chez les personnes qui souffrent de troubles alimentaires.

4. Quels conseils auriez-vous à donner aux personnes qui éprouvent cette anxiété?

Il est important d’avoir des ressources comme l’ANEB qui est un organisme à but non lucratif. Ils offrent une panoplie de services, dont une ligne d’écoute. Il est important aussi de parler à une personne de confiance et idéalement, lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire, il faut aller consulter ou entamer des démarches en ce sens. Le yoga aussi peut être une option intéressante. La personne doit aussi amener à se poser des questions comme « Qu’est-ce que j’ai envie pour moi pendant le temps des Fêtes? » ou encore « Qu’est-ce qui va réduire mon anxiété pendant le temps des Fêtes? ». Si la réponse à ces questions est qu’on a envie de rester plus chez soi pendant le temps des Fêtes pour ressentir moins d’anxiété, ça peut être tout à fait correct. Il faut être à l’écoute de soi aussi, sans chercher toujours à aller au-delà de ce qu’on veut vraiment.

5. Comment l’entourage peut-il venir en aide à ces personnes?

Il faut beaucoup de compréhension en disant des phrases comme « Je suis d’accord avec toi », « On va regarder ensemble les options qui sont le mieux pour toi et nous ». Si ça implique qu’un membre de la famille aille au souper tandis que la personne souffrant d’un trouble alimentaire reste à la maison, ça peut être ça. Il ne faut pas trop forcer la personne souffrante à faire des choses et il faut demeurer à l’écoute pendant cette période cruciale qui est souvent éprouvante pour ces personnes.

6. Quelles réponses peuvent donner les personnes qui reçoivent des remarques (positives ou négatives) sur leur poids pendant la période des Fêtes?

D’une part, il faut se protéger en prenant conscience que les gens qui font des remarques ne le font pas automatiquement par méchanceté. Il faut éviter d’argumenter avec eux. Les gens font des commentaires parce qu’ils constatent quelque chose, le disent de manière maladroite et veulent exprimer quelque chose. Mais la personne qui souffre a tout à fait le droit d’être brève dans sa réponse.

À ce sujet, dans le bulletin Images de l’Hiver 2014 de l’ANEB Québec, on y suggère quelques réponses toutes faites pour des commentaires que l’on peut recevoir.

Par exemple :

Si l’on vous dit, « Tu as bien engraissé (ou maigri). Tu as l’air en santé… » Vous pouvez répondre « Vous trouvez? Vous aussi, vous avez l’air bien, tante Monique! Ça va bien, votre santé? »

Ou encore :

« Tu ne manges pas plus que ça? » Vous pouvez répondre « Et vous, vous mangez tout ça? »

 Autre exemple :

« As-tu engraissé (ou maigri) un peu, au moins? » Vous pouvez répondre « Je ne sais pas, je ne me pèse plus. Et vous, combien vous pesez, maintenant? »

Merci infiniment à Madame Guérin pour son temps.

Et pour téléphoner à la ligne d’écoute et de références de l’ANEB, c’est le 514 638 0907 ou 1800 630 0907 (sans frais).

www.anebquebec.com

Crédits image : La Presse Magic Maman et Femme Actuelle.

La rédaction
A propos La rédaction (326 Articles)
Femmes en revue est un magazine gratuit qui s’adresse aux femmes canadiennes, il présente des articles et des conseils pour aider les femmes à se sentir belles!
SSL